lundi 25 juin 2007

Prendre en otage des données auxquelles on n'a même pas accès

C'est un fait connu que taper un texte en Word revient à se faire prendre ses données en otage par Microsoft pour forcer le destinataire des données à acheter Word.
Plus subtil, maintenant.

Un mec vient, désespéré, frapper à ma porte pour me demander si j'ai OpenOffice. L'histoire est la suivante. Le mec utilise OpenOffice chez lui, et a tapé un texte qu'il veut imprimer à l'unif. Seulement, les ordinateurs de l'unif sont fournis avec Windows et Word, qui ne sait pas lire un document OpenOffice. Il paraît que les membres de l'unif qui acceptent de garder la Windows que l'unif fournit ne sont pas administrateurs sur leur propre machine, et ne peuvent donc pas installer de logiciels.
Il ne dispose donc d'aucun moyen de lire à l'unif son propre travail tapé à la maison.
La solution : utiliser OpenOffice pour convertir de ODF vers DOC. Un peu le monde à l'envers. N'empèche que si le type avait utilisé Word à la maison, il n'aurait pas eut de problèmes. D'où le titre du billet : d'une certaine manière, la Word de l'unif a prit ses données en otage en disant « Si tu n'utilise pas Word à la maison, ben je refuse de lire tes données à l'unif».

Voila donc encore un exemple de problèmes qu'on a quand des logiciels fermés sont utilisés en masse. En l'occurrence, en fournissant à son personnel des logiciels incapables de lire des formats ouverts, l'unif condamne son personnel à utiliser chez eux les mêmes logiciels.

Conclusion comme d'hab : Word c'est le mal. Même si c'est joli, et facile, c'est malsain; ça pose des problèmes à tout le monde ... sauf ses utilisateurs.

1 commentaire:

Rodrigo a dit…

Oi, achei teu blog pelo google tá bem interessante gostei desse post. Quando der dá uma passada pelo meu blog, é sobre camisetas personalizadas, mostra passo a passo como criar uma camiseta personalizada bem maneira. Até mais.