dimanche 10 juin 2007

Pourquoi il est mieux d'utiliser la voiture

Lorsqu'on veut se déplacer d'un point A à un point B, les paramètres qui règlent notre choix de transport sont ceux-ci :

Qu'est-ce qui est le plus
- rapide
- confortable
- de porte à porte
et le moins cher.

À part pour le critère du prix et pour un trajet de 5km dans une ville en heure de pointe où le vélo peut sérieusement concurrencer la voiture sur le paramètre de la rapidité, la voiture est évidement le maître-achat pour tous les paramètres.

Il est donc établi qu'à part dans quelque rares cas (qui n'a pas les moyens de s'acheter une voiture ? même pas une petite en occasion qui fait bien l'affaire ?), pour faire du vélo ou prendre des transports en commun il faut donc être un extrémiste envers et contre la logique.


Parmi les arguments pro-vélo se trouvent en réalité des arguments d'un tout autre ordre. Ce sont des arguments du type

- écologique; qualité de l'air
- écologique; réchauffement climatique
- éthique (comment on se procure le pétrole de l'essence des voitures ?)
- quiétude de la ville

Ces arguments ont un point commun : si je prends mon vélo, ça ne changera rien. Mais si le vélo devient un mode de transport usuel dans l'ensemble de la société, alors ça change quelque chose en bien pour tout le monde.

Cela est vrai et mine de rien largement accepté pour le cas du vélo. Mais cela est également vrai dans de nombreux secteurs de la société de consommation, et plus généralement dans de nombreux secteurs humains où des progrès sont possible.

Quoi qu'il se passe, chacun de nous porte au moins un six milliardième de responsabilité de tout ce qui va se passer en termes de politique globale dans les 50 prochaines années. C'est pour cela qu'on ne peut pas abstraire les défis de société quand on fait des choix de consommation personnelles. Et c'est donc pour ça que l'argument «ça marche; ça fait ce dont j'ai besoin» n'est pas un argument final pour justifier un choix (mon regard ne pointe pas seulement sur les automobilistes).

3 commentaires:

Oxygène a dit…

Bonjour Moky,
Encore beaucoup de gens utilisent l'argument de "Je prend ma voiture, oui ça pollue, mais de toute façon on est 6 milliards sur terre, donc je ne suis pas le seul responsable".
Ce qui ressemble beaucoup à un comportement relativement puéril, du genre "c'est pas moi qui a commencé". Ce qui est fort dommage pour l'ensemble, non pas des humains seuls, mais de la Terre au sens le plus large du terme, ce que PERSONNE n'ignore. Ce petit bout de roche qui flotte au milieu du cosmos : On y est tous.
Tu dis :
"Lorsqu'on veut se déplacer d'un point A à un point B, les paramètres qui règlent notre choix de transport sont ceux-ci :

Qu'est-ce qui est le plus
- rapide
- confortable
- de porte à porte
et le moins cher."


Nos connaissances en matière de pollutions environnementales devraient, DOIVENT nous conduire à intégrer aussi ce paramètre lors du choix du mode de déplacement : Qu'est-ce qui est le moins polluant, pour faire simple.
Un fait dont la plupart de nous ignore (y a-t-il quelque chose derrière tout ça?) est qu'il existe des modes de transports propres, ils sont électriques.
Bien sûr, les arguments de l'autonomie et de vitesse arrivent à grand pas. Lorsqu'il s'agit d'emmener 1500 kg de féraille pour ses 65 kg de chair, nos technologies ne suivent pas. Mais pour la plupart, la plus grande part de nos déplacement, qui est d'aller bosser, nous pouvons nous servir par exemple d'un scooter électrique, ou d'un vélo électrique. Etant bien plus léger (et tout aussi capable de transporter nos quelques kilos sur le trajet du travail), leur autonomie et vitesse sont en tout point identiques aux modèles thermiques. Voilà une alternative simple, abordable, propre, ... à la voiture-qui-tue-et-qui-pollue-et-qui-rend-agressif

Je te re-cite :
"...les paramètres qui règlent notre choix de transport sont ceux-ci :

Qu'est-ce qui est le plus
- rapide
- confortable
- de porte à porte
et le moins cher."


Je peux t'affirmer qu'en terme de :
- Rapidité
Un scooter te conduirait aussi, non, PLUS vite sur un trajet maison-boulot. En effet, alors que tu n'occupe pas tout une largeur de voie sur la route, tu peux tranquillement avancer sans subir les bouchons, qui rendent nos temps de parcours tellements aléatoires.
- Confort
Que vaut le confort d'un 6 milliardième sur un trajet de 15 minutes par rapport aux milliards et milliards (...!!!) de vies qui pourraient être épargnées dans le futur, générations après générations. Nos enfants, les miens, les tiens! (On est en réalité très loin de représenter 1/6 milliardième.) Alors effectivement, il faut porter un casque, et des gants pour l'hiver, un vêtement pour la pluie.
- Porte à porte tu vois ou je veux en venir avec un scoot ou un vélo (stationnements...).
Puis pour finir
- Le moins cher
Et bien je t'affirme ici qu'à 30 ou 50 centimes le plein qui te permet des distance jusqu'à 100 km (source : http://evtscooters.free.fr/ Un exemple encore là : http://www.todiffusion.com/web/
scooter-electrique-io.php)
J'ajoute même à ta liste ce critère trop souvent oublié : l'impact écologique.
Je ne sais pas si tu vis en ville, pour ma part, à la campagne, ma solution réside dans le déménagement pour se rapprocher du centre ville.
J'espère que tu ne m'en veux pas d'avoir démonter tout tes arguments, sans rancune. Mais je suis sûr que non :
"Mais si le vélo devient un mode de transport usuel dans l'ensemble de la société, alors ça change quelque chose en bien pour tout le monde."
Tu en as conscience.
Il faut qu'on s'y mette voilà tout, sans attendre que le voisin nous y incite mais plutôt en incitant celui ci. On doit adapter nos vie maintenant. Chacun de nous connait la situation, les bouleversements climatiques... Encore trop peu de gens savent qu'ils peuvent et doivent s'adapter.

Oxy.
http://oxygene-pur.blogspot.com

moky a dit…

Je ne t'en veux pas de démonter mes arguments. Absolument pas !
Mon texte était totalement ironique ! Je souscrit à tout ce que tu dis sans réserve.
D'ailleurs, après avoir été un stibiste (du nom "STIB", société de transports en commun bruxelloix) inconditionnel, je deviens un cycliste enragé.

En réalité, l'origine de mon texte est plus compliquée que de la simple ironie.
L'argument que je veux démonter est le «ça marche, donc je l'utilise», et le type d'utilisation de cet argument que je visais (les lecteurs assidus de mon blog le savent) est «Windows c'est facile, et je sais l'utiliser, pourquoi perdre mon temps à apprendre des alternatives comme Linux ?».
Alors j'ai pris l'analogie de vélo Vs voiture pour montrer que «ça marche» n'est pas un argument final, mais qu'il fallait regarder l'impact de ses choix sur la société.
Pour la voiture tout le monde est d'accord que les nuisances des voitures sont telles que l'argument «ça marche comme je le veux» n'est plus suffisant pour justifier l'utilisation de la voiture dans la plus grande part de nos déplacements (comme tu le dis).
Ce que je tends à montrer dans de nombreux autres posts de mon blog, c'est que, de la même manière, la nuisance que représente le monopole de Microsoft sur l'ensemble de la société est telle que «ça fait ce que je veux, ça marche, je suis habitué» ne justifie pas l'utilisation de Windows/Word/MSN/... pour une grande partie de notre utilisation quotidienne de l'informatique.

Pour te paraphraser,
"J'utilise Windows, oui ça pourrit le développement informatique mondial, mais de toute façon on est 6 milliards sur terre, donc je ne suis pas le seul responsable".
Ce qui ressemble beaucoup à un comportement relativement puéril, du genre "c'est pas moi qui a commencé"

Sacha a dit…

Me sens un peu visé là. Euh c'est promis je passe à Linux dès que possible, c'est déjà en cours, mais je n'en suis qu'à la compilation de Binutils Passe 1 ^^